FR
EN
SOPHIEMOURON

A l’origine, il y a le vide. Le silence.

La promesse du blanc… lieu de toutes les projections.

 

Puis, la ligne.

Figure ou cadre, limite ou passage : une « ligne de partage » qui relie et sépare.

 

Enfin, le regard : le désir.

Le spectateur, avec sa relation physique et sensible, mentale, sociale, symbolique,

imaginaire et imaginée à un environnement, à un monde. Le spectateur dans le cadre… Dé-situation.

 

Et la dimension qui s’impose, non pas finalement celle d’un dessin apposé

ni celle d’une sculpture enclavée mais celle du temps. 

 

Le temps de l’ « avoir lieu » et de l’ « être au lieu ».

Tasseaux de bois peints ou peinture sur mur ou ruban adhésif, dimensions variables

Voir les images
Copyright © 2013 - SOPHIE MOURON Tous droits réservés - réalisation: Komensi